Fanfan
dans la lune et sur la peau

sirène détourée.png

Je laisserai toutes sortes d'oiseaux voler chez moi.

Je ne fermerai jamais les fenêtres et le vent enveloppera toujours mes pas. 

Dans la pièce des souvenirs, je mettrai mes jours, 

Qui voudra me parler de mon premier jour, 

après avoir joué de l'ocarina, pourra entrer chez moi. 

S'il ne piétine pas mes oiseaux, ni mes jours, je serai heureux de lui parler. 

Toute la maison sera d'une couleur, seule ma chambre aura un mur d'une autre couleur qui sera un peu comme la couleur du temps. 

GIUSEPPE PENONE

 "Respirer l'Ombre"